Front-Cover_6

EPIC #6

12,00

Rupture de stock

– 82 pages de photoreportage / Impression sur classique demi-mat 130g

– 3 reportages traités chacun sur 18 pages de photos  et 4 pages de texte rédigées par le photographe lui-même afin d’expliquer les coulisses de son sujet.


 

ÉDITORIAL

La terre s’érode au Bangladesh et les paysages disparaissent. En Syrie, la ville d’Alep, ravagée par les bombes, voit les aires de jeux de ses enfants transformées en cimetières. Mais d’autres villes, à l’image de Marseille, continuent d’exprimer au monde leur étonnante poésie. Pour sa chronique, Michel Puech a rencontré Armelle Canitrot. La directrice de la photo du quotidien La Croix nous dévoile les coulisses de son service – une sorte d’exception dans l’univers médiatique français par le respect unaniment reconnu des photographes avec lesquels il collabore.

Notre petite revue continue quant à elle d’exister et cela fait du bien ! Vous le découvrirez, elle s’étoffe en plus d’une chronique du collectif “Sans A_” qui entend “rendre visibles les invisibles” de la rue. Il y aura un an en novembre, nous nous lancions dans cette version papier – dont la forme, pour les premiers abonnés qui s’en souviennent, a beaucoup évolué. Nous le disions : le papier n’est pas mort. Formule toute faite qui comme beaucoup de formules toutes faites, dit bien des choses en peu de mots. Voilà, le papier n’est pas mort, c’est idiot, tout bête, il n’est pas mort parce que comme les diamants il a en lui quelque chose d’éternel. Il reste sur les étagères, on le sent, on le feuillette, on l’oublie mais on y revient toujours, même des années après.

C’est pour cela aussi que des photographes comme Jules Toulet entendent documenter les phénomènes météorologiques tels que ceux que connait aujourd’hui le Bangladesh. Et c’est pour cela encore qu’Emin Özmen met sa vie en danger en Syrie : pour raconter ce qui est à ceux qui restent, à une époque où la ville d’Alep meurt surtout, désormais, de l’oubli, et où l’actualité s’émeut d’autres priorités. Le travail des photojournalistes n’est pas seulement essentiel, il est précieux.

 

 


SOMMAIRE

Bangladesh Impact Local – par Jules Toulet – Il n’y a pas si longtemps, le réchauffement climatique était une notion tout à fait abstraite pour moi. L’enjeu semblait de taille, mais je ne parvenais pas à saisir son impact réel sur le terrain. J’ai grandi dans un milieu rural, mais ma condition de citadin me détache aujourd’hui du cycle des saisons et de l’évolution de la nature.

Marseille Allogène – par Pierre Belhassen – Allogène \a.lɔ.ʒɛn\ (Anthropologie) : Qui est installé depuis relativement peu de temps sur un territoire. (Géologie) Qui a pris naissance ailleurs que dans la roche où il se trouve.

Une prison en Syrie – par Emin Özmen (texte de Cloé Kerhoas) / Agence Le Journal – Pris entre deux feux, les habitants de la ville d’Alep continuent d’être les prisonniers d’une guerre fratricide qui ne dit pas son nom. Durant son dernier séjour en Syrie, le photographe Emin Özmen a rencontré deux autres prisonniers de ce conflit. Deux Afghans dont la présence à Alep relève en partie d’un malheureux hasard.