SÉLECTION DU JEUDI #55

Bonjour, voici la #Sélectiondujeudi 55, votre indispensable dose de photojournalisme hebdomadaire.

Cette semaine, nous avons le plaisir de partager les travaux de Zacharie Rabehi / Le Journal, Jeoffrey Guillemard, Patrick Cockpit / Hans Lucas, Julie Franchet, Nicolas Vieira, Yann Renoult / Wostok Press, Vassili Feodoroff / Hans Lucas, et Chris Huby / Agence Le Pictorium.

Pour vous abonner, c’est toujours là :  ABONNE(Z)-TOI/VOUS

Shaboo a été victime d’une attaque à l’acide alors qu’elle dormait sur les genoux de sa maman. Elle n’avait qu’un mois. Elle en ignore encore la raison et la question « Pourquoi? » la hante… L’attaque a tué sa mère et envoyé son père en prison. Son frère a été adopté par une tante, qui a refusé de prendre Shaboo en raison de la stigmatisation associée aux victimes d’attaques à l’acide. Shaboo a finalement été recueillie par un orphelinat de Mumbai où elle a reçu le soutien affectif et financier pour pouvoir faire des études.

Shaboo confie « Il a été très difficile pour moi de vivre et grandir dans un orphelinat ». – Mars 2016, Agra, Uttar Pradesh – Inde.

 

Shaboo faced an acid attack when she was just one month old resting on her mother’s lap. She is still unaware of the reason… the question “why?” remains unanswered. The attack killed her mother and sentenced her father to jail. Her brother was adopted by an aunt, who refused to take Shaboo in because of the stigma associated with victims of acid attacks. Shaboo was adopted by an orphanage Ashram in Mumbai, where she received the emotional and financial support to graduate college. « It is very difficult to live in an orphanage, » Shaboo says. – Agra, Uttar Pradesh. India 16th March, 2016

© Zacharie Rabehi / Le Journal


Août 2016. Sucre, Bolivie. Championnat départemental de culturisme pour l’élection de Mr and Ms Sucre.

© Jeoffrey GUILLEMARD


Le point le plus au sud de l’Europe se trouve à l’extrémité de l’île de Gavdos, au large de la Crète. La côte libyenne est à moins de 240 km, soit plus ou moins la distance qui sépare Tours de Paris. Tout au bout de l’avancée rocheuse qui domine la Méditerranée, une chaise massive tourne le dos à l’Afrique. Des touristes grecs prennent la pose. Août 2016.

© Patrick Cockpit / Hans Lucas


Dans l’antre d’un tumulus royal à Gyeongju, un sud coréen avec un look très occidental se rafraîchit par un geste ancestral.

18 août 2016, Corée du Sud.

© Julie Franchet


15 septembre 2016, Paris. Ambiance tendue entre les forces de l’ordres et les manifestants durant toute le parcours de la manifestation contre la Loi travail entre la Place de la Bastille et la Place de la république. Arrivé Place de la république les violences continues, cocktail Molotov, grenades de désencerclements, projectiles divers,… Créant son lot de blessés dans les deux camps. Les gaz lacrymogènes envahissent toute la place au point de rendre l’air irrespirable.

© Nicolas Vieira


Camp palestinien de Nahr el Bared, nord du Liban. 2014. Une grande partie du camp n’a pas encore été reconstruite après la guerre de 2007 qui a opposé l’armée libanaise à un groupe salafiste retranché dans le camp. Les bombardements de l’armée ont ravagé une grande partie du camp, dont les habitants ont du être relogé ailleurs. L’entrée dans le camp est contrôlée, il faut un permis spécial pour y accéder.

Une jeunesse sans horizon grandit dans les camps palestiniens du Liban. Les Palestiniens ne peuvent exercer une liste de 70 métiers, parmi lesquels médecin, ingénieur, architecte… Le chômage est endémique, les conditions de vie difficiles. Si certains veulent encore croire à un retour sur leur terre d’origine, la plupart perdent espoir en l’avenir…

© Yann Renoult / Wostok Press


Des fidèles sur le rocher du sanctuaire marial de Bougogo au Nord de Batouri dans l’Est du Cameroun le 15 Août 2016.

Tous les ans depuis 30 ans, le 15 Août est l’occasion pour l’église catholique d’affirmer l’installation de la foi dans le territoire de Batouri à travers un pèlerinage de 10 km vers une sanctuaire marial érigé en 1987 sur un rocher.

© Vassili Feodoroff / Hans Lucas


Septembre 2016 – Abdallah est un Kurde Syrien qui a fuit la guerre de son pays. Vivant dans une petite maison de la Bekaa, il est employé pour s’occuper de certaines parcelles de plantations.

Le Liban accueille aujourd’hui 1 million de réfugiés syriens ayant fuit la guerre, ce qui représente un cinquième de toute la population du pays. La vallée de la Bekaa, connue pour sa culture de hasch, en fait travailler des centaines autour de la culture de la plante. Les réfugiés, très pauvres, y trouvent ainsi une occupation et un petit boulot, entre plantation, arrosage, entretient et récolte.  L’économie du haschich dans le monde représenterait 10 milliards de $ de chiffre d’affaires annuel

© Chris Huby / Agence Le Pictorium